Kabund

Édito : Le Zigzag en politique, un mal endémique en RDC

Au très grand dam du peuple et du pays, secret de polichinelle : l’égoïsme des professionnels de la politicaille  en RD Congo est légendaire. 

Dans un climat politique délétère et socialement austère, les politiciens n’ont que des intentions pour développer la RDC et non des projets concrets.

En RD Congo, tout le monde peut devenir « sorcier ». Eh ! « politicien », à condition de savoir mettre son habileté au service de l’opportunisme, son intelligence au service de la bêtise et ses intrigues au service du gang spoliateur du bien commun en toute impunité.

À la politicaille, un autre mal particulièrement endémique, le Zigzag. Il se traduit, depuis l’aube de l’indépendance, par des sautes d’humeur des leaders, la suspicion, la méfiance...

L’évolution de ce mal passe parfois par des coups de gueule, des coups de pieds ou de poings. Le mal progresse vers la multiplication démesurée des partis politiques.

La création de plusieurs partis politiques est certes consacrée par la Constitution en vigueur, cependant, leur nombre exceptionnellement élevé éloigne beaucoup d’entre eux de leur objectif initial, qui est la conquête et l’exercice du pouvoir.

Contagieux, le zigzag politique a phagocyté l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS). Devant les journalistes de médias locaux et internationaux, Jean-Marc Kabund-a-Kabund a tiré à boulets rouges sur le régime de Félix Tshisekedi dont il était un des piliers, il y a moins d’une année. 

Conclusion : il a annoncé la sortie officielle, dans un proche avenir, de son propre parti dénommé « Alliance pour le Changement ».

Le Zigzag. N'est-ce pas ? S’il est malaisé d’en inventorier le nombre de 1960 à 2022, cela n’empêche pas d’observer que le gâchis financier en leur faveur est énorrrr…me. Conséquence de l’entretien sans contrepartie de ses membres et sympathisants.

Le zigzag n’a pas épargné Ensemble de Moïse Katumbi, moins de 24 heures après Kabund, c'est au tour de l'actuel ministre de l'Enseignement supérieur et universitaire, Muhindo Nzangi, de créer aussi son parti politique dénommé : l'AVRP (Action des volontaires pour la relève patriotique), ce mardi 19 juillet à Kinshasa. 

Eh bien, pour « se sortir » de la paupérisation institutionnalisée, les 80 millions de Congolais seraient-ils condamnés à s’engager dans la politicaille ? L’expérience des 60 ans d’indépendance démontre que la voie impériale pour accéder à un standing de vie humain, « plus beau qu’avant le 30 juin 1960 », passe par un job politique. Dieu seul sait combien de jobs politiques se créent à chaque retour des pluies.

Il faut le dire, sans doctrine, la majorité des partis politiques peine à prendre racine dans la population. Que des luttes fratricides, des parricides, avec comme motivation la politique du ventre, principal obstacle au décollage des pays pauvres, pourtant nantis d’immenses atouts naturels et humains.

Domi

Laissez-nous un message

Actualités

Besoin de rejoindre l'équipe de LaPlumeInfos.net ? Trouvez plus d'infos sur nous à cet endroit !

Nous Connaitre